Fontaine de la Rotonde,
Aix-en-Provence, [après 1903]
cote PHO. CPA. AIX. 30

Grande rue Saint-Esprit, [actuellement rue Espariat] et horloge des Augustins à Aix : [photographie] / Claude Gondran


Auteur
Gondran, Claude (1823-1913) > Photographe
Date
[entre 1860 et 1913]
Période
19e siècle
Lieu de publication
Aix [Bouches-du- Rhône]
Editeur
Gondran photographe
Description matérielle
1 photographie : épreuve sur papier albuminé ; 25 x 19,2 cm (épreuve) ; 42,4 x 33,6 cm (feuille)

Description
Cette rue, orientée de l'est à l'ouest, part de la place Saint-Honoré et aboutit à la Rotonde. La partie supérieure, jusqu'à la rue Nazareth, était autrefois le prolongement de la rue des Gantiers, appelée rue des Salins. Il y a dans cette partie deux magnifiques hôtels : celui d'Éguilles, bâti sur les plans de Pierre Puget en 1675, et celui d'Albertas édifié avant le milieu de XVIIIème siècle ; tous les deux, et surtout le premier, renfermaient de magnifiques galeries de tableaux et d'objets d'art. Devant la façade du dernier fut établie, en 1745 et 1746, une place en forme d'arc, décorée en 185[?] d'une jolie fontaine, surmontée d'un jet d'eau, dont la vasque, en forme de coupe, se déverse dans un bassin circulaire.
La partie inférieure de la rue Grande Saint-Esprit fut nommée, tour à tour, rue des Alberges et des Hosteliers, à cause des auberges et des hôtelleries qui s'y établirent. Son appellation actuelle lui vient de l'hôpital du Saint-Esprit, destiné aux enfants trouvés, fondé au commencement du XIIIème siècle. Il a été remplacé par l'église paroissiale actuelle du Saint-Esprit ou de Saint-Jérôme, dont la première pierre fut posée le 14 mai 1706, et la consécration n'eut lieu que le 24 octobre 1800. Elle fut faite par Monseigneur Champion de Cicé, archevêque d'Aix.
Sur la ligne méridionale de la rue était la façade du monastère des Augustins, installée à Aix vers la fin du XIIIème siècle, et dont l'église, démolie pendant la Révolution, était la plus ancienne de la ville.
Vers l'extrémité occidentale, se trouve la place des Augustins, décorée d'une fontaine alimentée par un puits de la rue Beauvezet ou source de Pourchier, élevée en 1620, reconstruite deux cents ans après, en 1820, sur le plan de M. Beisson, architecte de la ville. Elle se compose d'un piédestal surmonté d'une colonne en granit antique, provenant d'une mausolée romain qui était dans l'ancien palais du parlement.
La porte des Augustins reçu successivement avant cette dernière dénomination empruntée au couvent des religieux de cet ordre, celle de porte de Marseille parce qu'elle était le point de départ de la route de cette ville, ou porte royale (Portau Reiau), parce que les rois et les princes faisaient leur entrée à Aix par cette avenue. Elle fut abattue en 18[?] et remplacée par une grille en fer disparue à son tour.
(Notice de J.B. Gaut, ancien conservateur à la Bibliothèque de la Méjanes)

Les enseignes indiquent une boucherie-charcuterie, une auberge, un restaurant, un débit de liqueurs.
Sujet
Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) – Grande rue Saint-Esprit – 19e siècle
Paysages urbains – 19e siècle
Lieu du sujet
Aix-en-Provence

Classement
Documents iconographiques > Photographies anciennes > Album Gondran

Site de conservation
Bibliothèque Méjanes
Cote
PHO. GON. (1), 19
Note de provenance
Don de Claude Gondran, 1879
Note de l'exemplaire
Photographie montée sur carton
Date de numérisation
2015

Permalien
http://bibliotheque-numerique.citedulivre-aix.com/idurl/1/7095