Fontaine de la Rotonde,
Aix-en-Provence, [après 1903]
cote PHO. CPA. AIX. 30

Palais de justice à Aix : [photographie] / Claude Gondran


Auteur
Gondran, Claude (1823-1913) > Photographe
Date
[entre 1860 et 1913]
Période
19e siècle
Lieu de publication
Aix [Bouches-du- Rhône]
Editeur
Gondran photographe
Description matérielle
1 photographie : épreuve sur papier albuminé ; 25,8 x 20 cm (épreuve) ; 42,4 x 33,6 cm (feuille)

Description
Il s'élève à la place du prétoire ou capitole romain, devenu plus tard palais des comtes, puis du parlement de Provence. L'édifice romain fut détruit en 869, lorsque les sarrasins saccagèrent la ville, et il ne resta debout que trois tours en marbre, à triple rang de colonnes superposées. Les comtes de Provence de la maison de Barcelone élevèrent un vaste palais autour de ces monuments, qui étaient des mausolées, utilisant les murs et les matériaux des constructions romaines. C'est là que florirent (sic) les troubadours, le gai savoir et les cours d'amour sous le règne de Raymond Bérenger IV et de son épouse Béatrix de Savoie. Le roi René, avant-dernier comte de Provence, agrandit ce palais, où il mourut le 10 juillet 1480.
Les prédécesseurs de René avaient installé dans cet édifice toutes les juridictions provençales : le grand sénéchal, les maîtres-rationaux, le juge-mage, le conseil éminent, etc.
Après l'annexion de la Provence à la France en 1487, le palais devint le siège des grands corps de magistrature ; le parlement, la cour des comptes, aides et finances, le bureau des trésoriers généraux, etc.
Le palais, menaçant ruine, fut démoli, ainsi que les tours antiques, en 1786, par arrêt du parlement et délibération du conseil de la commune, acte de vandalisme d'autant plus inqualifiable qu'il était officiel.
La reconstruction du palais de justice fut ordonnée par le roi Louis XVI, sur les plans de M. Ledoux, architecte de la province, qui avait dressé le projet d'un monument remarquable.
Les fondations en furent jetées la même année et les années suivantes. Mais les travaux furent suspendus pendant toute la période de la Révolution et de l'Empire. Ils ne furent repris qu'à l'époque de la Restauration, sous le règne de Louis XVIII, au mois de novembre 1822. Le projet de M. Ledoux fut abandonné comme trop dispendieux, et on exécuta un nouveau plan dû à M. Penchaud, architecte du département, auteur de l'arc de triomphe de Marseille.
L'inauguration du nouveau palais de justice eut lieu le 13 octobre 1852, le jour de la rentrée solennelle de la cour royale, dont M. Pataille était premier président et M. Borely procureur général. Une particularité de cette cérémonie, c'est que le chef du parquet, dans son discours, manqua de tact au point de demander la translation de la cour à Marseille, ce qui souleva l'opinion publique contre lui.
Les statues en marbre blanc des aixois Portalis et Siméon, législateurs et ministres, qui décorent le péristyle, furent placées et inaugurées le 8 novembre 1847, en présence des membres des familles de ces deux illustrations locales ; ces œuvres d'art sont dues au ciseau de notre compatriote Ramus.
(Notice de J.B. Gaut, ancien conservateur à la Bibliothèque de la Méjanes)
Sujet
Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) – Palais de justice – 19e siècle
Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) – Place des Prêcheurs – 19e siècle
Paysages urbains – 19e siècle
Vues d’architecture – 19e siècle
Lieu du sujet
Aix-en-Provence

Classement
Documents iconographiques > Photographies anciennes > Album Gondran

Site de conservation
Bibliothèque Méjanes
Cote
PHO. GON. (1), 22
Note de provenance
Don de Claude Gondran, 1879
Note de l'exemplaire
Photographie montée sur carton
Date de numérisation
2015

Permalien
http://bibliotheque-numerique.citedulivre-aix.com/idurl/1/7097